vendredi 11 décembre 2009

Raise a glass to mend all the broken hearts of all my wrecked up FRIENDS

Jamais capable de tenir correctement mes promesses éditoriales (et mes promesses tout court), avant de parler de Monster, avant de parler de l'Imaginarium, avant de parler de mes plans cul, là, ce soir (matin), il faut que je parle de mes amis.

Ceux d'ici sont parfait. Le temps passe et puisque je passe tout le mien à sortir, forcément, en ces quelques mois, les choses sont devenues sérieuses. Certains d'entre eux savent que je suis là pour eux et je sais qu'ils sont là pour moi. Je les aime beaucoup et il légitimisent désormais complètement le fait que je vive toujours à Toulouse.

Ceux qui étaient l'amour de ma vie, et bien je suis désolé de déroger à la "rêgle", mais il est bel et bien mon ami. Je suis là quand il va mal et vice versa. J'avais un peu peur de l'inévitable moment où il tomberait amoureux d'un autre, et puis ce moment est passé. Crème.
Je te souhaite beaucoup de bonheur parce que je te connais, donc je sais à quel point tu es une bonne personne et à quel point tu en mérite. Charlie à l'air parfait. Déjà il a un nom génial.
Je n'aurais pas supporté que tu te contente de pas terrible, ou que tu tombe sur encore pire connard que moi. Mais lui, je sais pas, je le sens bien. Du peu que je puisse parler, j'ai un très bon pressentiment. Ce ne sont pas des paroles en l'air, te savoir heureux me rends heureux, et j'ai confiance en ce Charlie. I WISH YOU THE BEST ON YOUR WAY bonhomme, toujours là pour toi au besoin, prêt à lui péter la gueule si il fait le batard de gars, ou a le serrer dans mes bras si tout roule.
J'ai perdu un ex mais je suis maintenant sûr, après ce passage, d'avoir gagné un ami.

Et enfin, ceux que je ne vois plus mais qui sont là comme des fantômes, à vivre avec moi en permanence, que j'attend de revoir avec impatience (ça va être tellement génial). Après le colis de Cecil, et tous ces messages qui me rappelent régulièrement qu'on pense à moi, ce soir j'ai eu deux cadeaux qui m'ont mis à genoux.
Mama m'a envoyé le nouveau CD de Julien Doré avec une carte, j'étais tout remué, cette attention, cet effort, ça me touche vraiment.
Et puis dans mes mails hotmail que je ne check jamais, il y avait un mail de mon Jaxel, mon mentor, un de mes plus anciens amis, qui se nommait "This song (is ours)".
Dedans:
"Un iphone-dictaphone, une guitare, un whisky, une cigarette et envie de la jouer pour toi, one shot, comme si t'étais là. <3"
Et un fichier mp3 de mon Jaxel qui me chante "Teenage Angst" avec sa gratte.

PUTAIN DE CLAQUE. En 2 minutes 37 je pars loin, j'allume une énième cigarette, conforté, rassuré, recadré par une logique implacable. L'espace de la chanson j'ai 17 ans.
Je repense à lui, à notre première rencontre, à cette semaine chez lui avec Cecil. Au temps passé depuis, aux kilomètres qui ne sont RIEN. Qui n'ont aucun poids face à la beauté du truc.

"One fluid gesture, like stepping back in time"...

Posté par sidd à 05:53 AM - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Raise a glass to mend all the broken hearts of all my wrecked up FRIENDS

    do u realise

    how lucky u are!!
    <3

    Posté par Mama Wolf, vendredi 11 décembre 2009 à 10:19 PM | | Répondre
  • Ooo yeah

    I do realise. Im a lucky bastard. <3 U 2

    Posté par sidd, samedi 12 décembre 2009 à 07:13 PM | | Répondre
Nouveau commentaire